Carte Blanche !

Retrouvée en chemin

Proclame l’infini beauté de l’Amérique latine

Surprend le noir et le blanc

Révèle la bonhomie des hommes

Accuse le luxe, l’apparence et la prétention

Flatte les mains des hommes qui façonne ces décors expressifs

Affirme la clarté des villes miroitant l’état d’esprit

Coline Carpentier

Loin du confort matériel qui endort ;

proche d’une vie parcimonieuse 

Là où tout est contraire à son passé ;

là où les choses s’imposent à notre présent

Un voyage qui n’est pas un exploit, mais un pont vers une vie plus dense

L'appareil photo comme laissez-passer, compagnon, témoin et mémoire réfléchissante.

Retrouvée en chemin se veut être le messager de l'optimisme ainsi que de l'union

magnificence-simplicité dont le monde regorge

Malgré tout, ces lueurs de gaz colorées ne peuvent pas à elles seules se résumer et exister comme essence même de mes images. Elles sont le fruit de ma sensibilité et de mon éducation photographique. Influencé de près ou de loin par la photographie américaine des années soixante-dix, des photographes comme Stephen Shore ou Crewdson un peu plus tard esquissent des tableaux crus mais intemporels témoignage de notre existence, questionnant la place de chacun. La couleur tient aussi un rôle cruciale à mes yeux, je parle de celle qui crie, qui met en rapport ou en lumière ces travers de nos sociétés qui nous dépassent. Ces mêmes travers que soulignent Martin Parr ou encore le photographe belge Harry Gruyaert et qui me guident au quotidien dans mon regard et ce que je capte du monde. Je vois aussi les femmes, source d’inspiration infinie et vois en chacune la figure d’une muse des surréalistes que j’affectionne tant. Amour libre et nudité exposée tendrement, c’est dans cette atmosphère suave et chaleureuse que j’invite le regardeur à faire l’amour dans une chambre d’hôtel art déco. 

À 5000 mètres d’altitude, la hauteur révèle un panorama qui nous fait oublier le manque d’oxygène et nous plonge dans un monde chimérique, à l’allure de tableau psychédélique. Le sol s’étouffe sous le pas des touristes qui dans cette immensité se réduisent à l’état de fourmis. Impossible de se faire une place de solitaire. 

"En qualité de photographe, il m'était impensable de ramener des images n'étant pas à a hauteur de mon émerveillement face à ce jeu de couleur de grandeur. Instinctivement, j'ai exclu la masse touristique envahissante et trahissant cette beauté naturelle. Il fallait donc extraire les fragments de montagne révélant les détails fantastiques, de cette nature. Séduite par les versants tapissés de sédiments colorés, mon oeil averti fut en constante recherche de textures et de tons. Bien sûr, ces aspects furent par la suite accentués par un judicieux travail de retouche en terme de colorimétrie : des cieux vert, roses et jaunes.

Souffle sur les cendres est non représentatif de la réalité : c'est une représentation de la réalité de mes impressions. Ma version de la Montagne arc-en-ciel.

NOUVEAUX 

     TALENTS

 
 

COLINE

CARPENTIER

CLIFF CHAN

 
 

Rémy lidereaU

 

NICHOLAS

SIMENON

 

JEREMIE LOUVAERT