top of page

Stephanie Billarant

portrait-bertrand-de-miollis-galerie-artismagna_edited.jpg

Née à Nantes au sein d’une famille d’artiste, Stéphanie Billarant intègre dès son plus jeune âge le conservatoire de musique de la ville, tout en complétant son apprentissage par la danse. Ces disciplines vont la sensibiliser à la liberté de mouvement et la liberté d’imagination. La jeune femme déménage par la suite en Caroline du Nord où elle obtient un BA en Communication et Art à l’université de Wake Forest. C’est au même moment, qu’elle vend sa première toile.

​Bien qu’elle peigne depuis ses 14 ans, c’est en revenant à Nantes à 8 ans plus tard que l’artiste fait le choix de consacrer l’intégralité de son temps à la production artistique. Pour réaliser ses œuvres, Stéphanie Billarant s’inspire du cirque, de la danse, des arts du spectacle mais également de sa vie personnelle et de la photographie, pratique qui lui permet de découvrir et d’exploiter l’encre et de basculer ses œuvres en noir et blanc. Photographie et peinture vont de pair selon l’artiste et se définissent comme les médiums principaux de sa production.  Ses inspirations caractérisent l’ensemble de sa création artistique. Création qui se lie d’une quête de recherche entre expérimentation et abstraction, où l’architecture et la nature se prennent au jeu d’une esthétique abstraite, où mouvement et trajectoire se rencontrent pour nous présenter un monde imaginaire, irréel et fantastique.

Stéphanie Billarant reprend d’ailleurs la citation de Patricio Rojas San Martin pour décrire sa série d’œuvre intitulée Tropisme : Le trait, la nuance, la lumière et l'obscurité ouvrent le chemin, assoient la forme, révèlent la densité de la pensée. Nul besoin de chercher le trésor aux confins de l'immensité. La clef du secret se trouve au fond du puits, dans la jungle et le désert de notre propre expérience de vie. Aujourd'hui l'artiste réinsère la couleur dans ses œuvres, dans l'optique d'un nouveau challenge de créativité.

bottom of page